Neurobiologie appliquée selon le Dr Klinghardt MD, PhD

Dr Dietrich Klinghardt MD, PhD***

Depuis plus de 20 ans le Dr Klinghardt s’est intéressé puis a développé des techniques de soins holistiques pour les maladies chroniques. Cette méthode à la quelle nous somme formé se trouve être étonnamment efficace même dans de nombreux cas de pathologies chroniques graves. Dans l’environnement actuel l’être humain subi toutes sortes de stress de nature pathogène. La méthode du Dr Klinghardt permet d’identifier et traiter les 7 facteurs de stress principaux, comme:

  • les allergies alimentaires
  • les métaux lourds
  • les solvants à base de pétrole
  • les foyers d’inflamation ou les ganglions
  • les problèmes de malocclusion dentaire (ATM)
  • les facteurs psychologique
  • les influences géopathiques

*** Le Dr Klinghardt est directeur d’une clinique spécialisée dans le traitement de la douleur à Santa Fe.

Il travaille également dans un cabinet spécialisé dans les maladies neurologiques graves.

Il a ainsi découvert les effets dévastateurs des métaux lourds, et est l’un des pionniers dans le traitement des maladies dues à ces métaux.

Il propose un traitement de désintoxication étonnamment simple, à l’aide des trois substances naturelles que sont la chlorella, l’ail des ours et la coriandre.

Ces trois substances, combinées en synergie, servent à améliorer l’efficacité des médicaments chélateurs. La mise en application de ce traitement l’a conduit à des succès percutants.

Amalgames dentaires et intoxication au mercure

Le problème des amalgames dentaires est apparu réellement au grand jour il y a 12 à 15 ans avec l’apparition d’une littérature scientifique massive affirmant que l’utilisation de l’amalgame est nuisible, et ce, pas seulement chez les patients sensibles.

Un amalgame est un alliage composé de:

50 % de mercure,30 % d’argent, 9 % d’étain, 6 % de cuivre et un peu de zinc, selon la fabrication.
Il est à noter que l’argent est aussi nocif que le mercure car il est plus responsable de maladies auto-immunes que le mercure.

Il a été mesuré les émanations sortant de la bouche des patients porteurs d’amalgames.
Le résultat de ces mesures dépasse de 480 fois la valeur admise par les normes de l’industrie.
Les patients qui ont enlevé leurs amalgames depuis bien longtemps exhalent encore des vapeurs de mercure.

Comment les métaux lourds sortent-ils des plombages ? De plusieurs façons :

1. le mercure s’évapore et pénètre dans les tissus par la respiration.

2. il passe des poumons dans le sang et se dépose ainsi à plusieurs endroits du corps.

3. à partir de la muqueuse buccale, il passe directement dans les vaisseaux lymphatiques. Les veines du maxillaire supérieur le conduisent directement au cerveau et, à partir de là, dans le corps.

Lors d’autopsies, on a pu constater que les nerfs principaux desservant le maxillaire inférieur étaient saturés de métaux lourds. Ces métaux empruntent également le chemin des nerfs du maxillaire supérieur pour atteindre le cerveau. On a pu démontrer que lorsqu’on pose un amalgame dans le maxillaire supérieur, le mercure ne met que 24 heures pour arriver au cerveau.

Tous les métaux sont neurotoxiques. L’effet premier de ces métaux est donc d’endommager le système nerveux.

Lors d’autopsies faites sur des défunts morts du cancer, on a pu trouver une quantité trop élevée de mercure au coeur des tumeurs, comparativement aux quantités mesurées dans le reste du corps. Il semble établi que bien des tumeurs s’organisent autour d’un dépôt de métaux lourds. Ils sont cofacteurs de développement de tumeurs.

Effets des métaux lourds sur le système nerveux central.

Les symptômes sont :

  • irritabilité
  • peur
  • nervosité
  • inquiétude
  • instabilité émotionnelle
  • perte de confiance
  • timidité (symptôme principal chez les adolescents)
  • indécision
  • perte de la mémoire immédiate
  • toutes les sortes d’insomnies
  • dépression
  • Symptômes neurologiques :
  • fourmillement des mains
  • sentiment de brûlure constante avec endormissement des membres  inférieurs (symptôme caractéristique des perturbations dues au mercure)
  • léger tremblement des mains.
  • Les trois symptômes ci-dessus nous indiquent que l’état du malade va bientôt s’aggraver.

  • Dans la région de la tête :
  • saignement des gencives
  • gencives qui se retirent mettant l’os du maxillaire à nu
  • dents qui bougent
  • mauvaise haleine
  • sentiment de brûlure sur les lèvres, la langue et le visage
  • abcès buccaux
  • vertiges
  • sifflement dans les oreilles
  • troubles de l’audition
  • difficultés oculaires (baisse de la vision des contrastes et des couleurs dues à des dépôts de métaux lourds dans le cervelet)

Il faut relever que des maladies telles que des infections virales, des mycoses, la tuberculose, le cancer, la sclérose en plaques, les maladies auto-immunes, les dérèglements de la glande thyroïde, certains maux de tête, certaines allergies, certains problèmes dermatologiques, pieds et mains froids (symptôme important), suées nocturnes, sont dues à la présence de mercure.

Plus de 10’000 publications scientifiques démontrent que les amalgames dentaires sont très nuisibles, et ceci pas seulement pour des gens sensibles.

Il existe deux sources principales de pollution au mercure :

1. les plombages

2. la mère.

le corps de la mère utilise le foetus comme « poubelle » pour se débarrasser de ses propres métaux lourds. Des quantités importantes de mercure passent du corps de la mère au foetus.

On trouve aussi beaucoup de mercure dans le lait maternel.

Cet empoisonnement du jeune enfant a pour conséquence une croissance diminuée, un plus petit cerveau, un système immunitaire et un poids corporel réduits.

Il faut ajouter que les amalgames du père ont génétiquement aussi leur importance.

Le mercure peut exister sous 3 formes dans le corps :

  • le Hg 0 : C’est celui qu’on trouve dans les thermomètres, et qui est métallique
  • le Hg 1 : ou mercure organique, lié au poisson. Il nous vient aussi des plombages lors de la déglutition.

En effet, ce sont certaines bactéries qui transforment le mercure métallique en mercure organique. Notons que sous cette deuxième forme, il est environ 50 fois plus toxique que sous la forme métallique.

  • le Hg 2 : qui est une forme inorganique du mercure.

C’est sous cette forme qu’il se dépose dans les dents.
Les membranes cellulaires ne présentent pas de barrière contre les vapeurs de mercure. Le métal atteint ainsi le cerveau sans aucun problèmes

On a pu établir un lien entre le mercure et la maladie d’Alzheimer. En effet, lorsque le mercure arrive dans les cellules nerveuses, il provoque les mêmes réactions que celles provoquées par la maladie d’Alzheimer.

Lors d’autopsies du cerveau faites sur des personnes décédées de la maladie d’Alzheimer, on a mesuré quatre fois plus de dépôts de mercure et deux fois plus de dépôts d’aluminium dans leur cerveau que dans celui de personnes mortes de mort naturelle.

Lorsque qu’il arrive dans l’organisme, le mercure s’y disperse, privilégiant cependant certains endroits précis où on le trouve en plus grande concentration.

Les sportifs de haut niveau ne peuvent pas avoir de mercure dans leurs muscles, ces derniers étant trop utilisés. De ce fait, on trouve un haut pourcentage de sclérose en plaques chez ces personnes.

Ne pouvant se fixer dans les muscles, le mercure migrera ainsi essentiellement dans les cellules nerveuses. Notons que, chez les autres personnes, le mercure est réparti de façon plus ou moins régulière dans le corps.

Il semble vident que les maladies infectieuses ne sont très souvent qu’une tentative du corps pour se défendre contre le mercure, particulièrement dans le cas des candidoses.

Le système immunitaire conduit le corps à produire des microchampignons ayant pour fonction de se lier au mercure. Le corps se débrouille mieux avec ces microchampignons qu’avec des dépôts intra ou extracellulaires.

Ainsi les maladies dues à ces microchampignons se présentent sous un jour nouveau.

Un chercheur japonais vivant à New York, le docteur Yoshiaki Omura, a trouvé une relation entre les maladies virales et bactériennes et les dépôts de mercure. Il n’y a pas d’herpés sans dépôts de mercure. Cette constatation est aussi valable pour d’autres maladies infectieuses, la mononucléose par exemple. Tout ceci nous permet d’appréhender le problème des maladies infectieuses d’une toute nouvelle façon.

Traitement de détoxification :

Lorsque l’on commence un traitement par chélation, il faut d’abord créer un gradient osmotique (gradient = variation progressivement décroissante à partir du point maximal d’une substance ou d’une propriété physiologique dans une cellule ou un organisme). Ceci afin d’enlever un maximum de mercure avant qu’il ne parvienne au cerveau.

Ainsi, une fois administré, le chélateur, ne trouvant rien à nettoyer dans les tissus, ira agir dans les cellules du cerveau. Il ouvrira ainsi, à l’aide d’autres substances, la barrière au mercure lui permettant, par osmose, de se répandre à nouveau dans les autres tissus qui eux, sont beaucoup plus faciles à nettoyer.

Aussi, il est important de respecter l’ordre suivant dans les étapes :

administrer d’abord des substances qui nettoient les vaisseaux sanguins, sortant ainsi les métaux lourds du corps.

Pour ce faire, deux substances sont efficaces :

  • L’ailqui se lie facilement au mercure et fait sortir ce métal des reins et du sang.
  • l’ail des ours est mieux supporté par l’organisme, ne provoquant quasiment pas d’effets secondaires.
  • La chlorella qui est la championne mondiale pour nettoyer l’organisme.

Voici une liste des principaux métaux emportés par la chlorella :

Cuivre, plomb, zinc, mercure, cadmium, nickel, cobalt, arsenic, chrome, calcium, métaux radioactifs, plutonium, polonium et autres métaux précieux.

Voici maintenant une étude qui m’a fortement impressionné :

Elle montre que l’utilisation conjointe de la chlorella et de la coriandre,lors de tumeurs au cerveau, permet au patient de vivre plus longtemps ou de guérir et en tout cas d’avoir une mort beaucoup plus douce.
J’ai connu des succès inespérés lors de l’utilisation associée de ces deux substances dans le traitement des tumeurs du cerveau, traitement durant lequel mes patients ne souffraient pas davantage que lors d’un rhume.

Lors d’empoisonnement aux métaux lourds, les reins sont endommagés. Les métaux lourds ne sont plus filtrés correctement. On ne peut donc prouver l’efficacité d’un chélateur en analysant l’urine, on doit analyser les selles.

Chez les patients prenant de la chlorella et ayant, en moyenne, 12 amalgames, on trouve environ 50 mcgrammes de mercure par kilo de selles.